Tableau de Jacob Jordaens (Ecole Anversoise du XVIIème)

L ‘EPIPHANIE

Pour le chrétien, l’Epiphanie, est fêtée le premier dimanche qui suit le 1er Janvier depuis le concile Vatican II (avant c’était toujours le 6 Janvier).
Cette fête commémore la venue du Messie (le libérateur) incarné dans le monde et qui est manifesté(Epiphanie veut dire manifestation)au monde.
La visite et l’hommage de mages a lieu ce jour là et la tradition, s’en est perpétrée par la fameuse « galette des rois » dont la fève (c’était au départ une vraie fève, premier légume de l’année) symbolise la fécondité.

Cette tradition de la galette des rois tire son origine des saturnales, fêtes romaines situées entre la fin du mois de décembre et le commencement de celui de janvier, durant lesquelles les Romains désignaient un esclave comme « roi d’un jour ». Ce roi était désigné par un tirage au sort utilisant la fève d’un gâteau. Il disposait du pouvoir d’exaucer tous ses désirs pendant la journée, comme celui de donner des ordres à son maître ! Génial non ? quel exemple de démocratie …  
Sauf que non ! Après la dégustation il était mis à mort, ou dans le meilleur des cas, retournait à sa condition servile…
Peu à peu cette fête païenne a été « absorbée » par la religion chrétienne et associée à la célébration des rois mages lors de l’Épiphanie.
La coutume païenne subsistera. Cette fête des rois a connu, au cours du Moyen-Âge, des débordements tels que les autorités, tant religieuses que civiles,  furent obligées d’intervenir, en effet la tradition s’accompagnait d’une autre coutume celle du Roy boit.

LE ROI BOIT

« Le roy boit «  est une coutume attestée dès le 14ème siècle et son nom reprend l’acclamation, criée par toute la tablée lorsque le roi désigné par la fève boit.

A ce moment là, tout le monde lève son verre à la santé du roi. Et lorsqu’à son tour, un convive boit à la santé du roi, le roi doit vider son verre, et toute l’assistance lève son verre et le vide en criant:  » Le roi boit  » ! Et ainsi de suite, jusqu’à plus soif…

C’est la version ancienne du gānbēi (cul sec) chinois : je vous garantie que c’est redoutable pour avoir été pris à ce piège voici une vingtaine d’années à Hong Kong…

Pour en savoir plus sur cette tradition, je vous invite à visiter le site Source de cet article en cliquant ici

QUE BOIT LE ROY avec sa GALETTE ?

Dans le nord de la France la galette est ronde et faite de pâte feuilletée fourrée à la crème d’amande (Frangipane). Dans le sud c’est une brioche en forme de couronne fourrée aux fruits confits et parfumée à la fleur d’oranger qui se marie souvent à un vin doux naturel de type muscat ou Rivesaltes, voire un Alsace Gewurztraminer même si ce n’est pas tout à fait la même région.

J’ai choisi cette année la galette du Nord, que j’ai accompagnée d’un champagne sec qui sera présenté lors de mon prochain article « Champagne Sec de Serveaux et Fils Cuvée « Douceurs de l’Instant ».