Étiquettes

, , ,

Vin de Lune Chenin 100 %



Anecdote

Avant tout, une fois n’est pas coutume, voici une petite anecdote car Jean Luc et moi nous nous sommes connus voici plus de … 50 ans et en culotte courte, enfin lui … (il ne se souvient pas de moi enfant et moi non plus) mais pendant que nos pères avaient échangé au domaine de Viré sur Lot où se trouve le domaine, que je les écoutais sagement (enfin j’essayais de me contenir, jeune adolescent essayant de s’acheter une attitude d’adulte, alors que je mourrais d’envie de me mêler aux jeux de Jean-Luc et de ses camarades ou frères et soeurs) en bas des marches du perron donnant accès à la maison familiale. Mon père discutait inlassablement avec le sien, tous deux avec passion, mon « paternel » était tombé amoureux du Clos Triguedina rouge élaboré par Monsieur père, car il avait dégusté ce nectar la veille dans un restaurant voisin au bord du Lot et s’était empressé de demander à son amphitryon l’adresse du dit bienfaiteur de l’humanité !

Et nous nous sommes retrouvés avec Jean-Luc, plus de 30 ans après, au salon des vignerons indépendants de la Porte de Champerret à Paris, c’était à la fin du siècle dernier (tiens ça fait bizarre, j’ai pris un coup de vieux là…).

Le vin

Nous ne sommes pas en Vallée de la Loire, mais vous avez bien lu à Cahors, dans le Sud-Ouest ! Et c’est un vin du Clos Triguedina du grand vigneron Jean Luc Baldès, que j’ai choisi.
Aujourd’hui c’est le blanc liquoreux que j’ai choisi, ce chenin 100 %, issu de raisins botrytisés (atteints de pourriture noble pour les non initiés, par opposition à la pourriture grise qui elle pourrit vraiment le raisin alors que la noble le magnifie).

Dans la région le chenin n’est pas monnaie courante, mais il donne d’excellents résultats sur les terroirs argilo-calcaires des 4èmes terrasses de Cahors. Et ici il pousse sur une parcelle située à 300 mètres d’altitude et exposée vers le sud.

Ce vin n’est pas en AOC Cahors, puisque seuls les rouges sont dans l’appellation, mais en IGP Comté Tolosan.
Après des vendanges matinales pour préserver toute la fraîcheur du raisin, le vin est vinifié avec beaucoup de soin et élevé en fût de chêne durant 12 mois, mais cet élevage est équilibré et magnifie le vin sans le « marquer » trop, c’est là tout l’art du vigneron de mettre en valeur ses vins par un élevage subtil avec une proportion de bois neuf et de bois plus âgé, aux chauffes plus ou moins fortes, je reviendrai sur le sujet.

Le vigneron

Jean-Luc Baldès a repris depuis bien longtemps les rennes de l’exploitation familiale et n’a cessé d’en élever la qualité pour notre plus grand bonheur et celui de nos présidents, car son Cahors est le seul à être servi à l’Elysée pour représenter dignement la région lors de réceptions. Jean-Luc a été élu meilleur vigneron de France par la RVF voici deux décennies.

Il travaille selon les principes de la charte HVE Haute Valeur Environnementale, dans un profond respect des terroirs et de la vigne, apporte à celle-ci les plus grands soins, secret de l’excellence de ses vins.
Je suis leur évolution depuis plus de 25 ans et peux vous dire que je ne paie pas de mots. Goûtez donc !
Ses vins seront de nouveau commercialisés (car nous étions en rupture) à notre boutique parisienne à partir de la fin 2021.
J’aurai l’occasion prochainement d’interviewer Jean-Luc et vous partagerai cet entretien.

Jean Luc Baldès dans son chai à barriques

Dégustation


Ce vin issu de raisins botrytisés est sans lourdeur, sur des arômes de pâte de coing et des touches miellées et sa bouche est soyeuse, gourmande et reste fraîche. Son onctuosité épouse parfaitement le foie gras, l’émincé de cuisse de canard confit est souligné par le côté miel di vin et son acidité – liée à la pourriture noble- renforce le croquant du feuilletage de la pâte : C’est du soleil dans le verre !

Le plat


Il s’agit d’un beau mariage pour une recette d’automne mais également recette de fête, si appétissante et lumineuse, comme le feu de cheminée dont l’âtre est rempli de bois crépitant et que le foyer se remplit de cadeaux !

J’ai réalisé cette recette succulente et facile à faire ( en 30 minutes et non en 20 qui semblent suffir selon la cheffe…mais je ne suis pas forcément très doué avec la pâte brisée qui colle aux doigts si on ne l’étale pas froide… petit conseil pour les débutants, mettez la pâte brisée bien au frais avant de l’étaler sur le fond du plat…

Vous trouverez cette recette sur http://www.cotesoleils.fr ou en cliquant directement ici.

Association Vin – Met

Ce vin de Lune * s’accommode parfaitement de cette délicieuse tourte.
C’est le foie gras, associé en confit émietté en fines lamelles dans sa gangue de pâte feuilletée qui m’ont inspirés ce choix, car j’aime le chenin et les vins du Sud Ouest, et pourquoi ne pas changer un peu, sachant que j’ai naturellement un faible pour les chenins de Loire !

* Le vin de Lune car issu de vendanges nocturnes par les vignerons du XVIIème siècle, qui souhaitaient soustraire une partie de la vendange, dûe au Seigneur, rien de nouveau sous la Lune !

La fameuse tourte dorée à souhait, que du soleil dans l’assiette aussi !