Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , ,

Thomas Jefferson (T.J.) est un personnage passionnant qui a couvert, au cours de sa longue vie (83 ans), une époque charnière d’émancipation (Colonie anglaise – guerre d’indépendance – Etats fédérés puis Etats-Unis d’Amérique) alors que pendant la même période en France c’est la chute de l’ancien régime, la révolution, l’avènement de la République puis de l’Empire et enfin la Restauration avant la Monarchie de Juillet).

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est official_presidential_portrait_of_thomas_jefferson_by_rembrandt_peale_1800.jpg

Pourquoi parler de ce personnage politique dans un blog de vin ?
T.J. était un passionné d’agronomie, de bonne chère et de bon vin.
– Homme d’action, il  » fait l’histoire » (co-rédacteur de la Charte d’Indépendance il est un des pères fondateurs des Etats-Unis).
– Visionnaire, il est libéral – on dit physiocrate à l’époque – , pour lui, la seule source de création de richesse est l’agriculture.
– Terre à terre, occupant de hautes fonctions politiques, voire la fonction suprême, il reste toujours en prise avec la gestion de ses biens fonciers de Monticello en Virginie et s’intéresse particulièrement à la culture de la vigne, car il est donc grand amateur de vin.

De 1784 à 1789, alors ministre plénipotentiaire des Etats-Unis en France (aujourd’hui on dit ambassadeur), il découvre nos campagnes, nos vignobles et nos vins au cours de nombreux voyages dans toute l’Europe mais particulièrement en France. Il observe, déguste, décrit dans ses cahiers, toutes ses expériences qui sont encore aujourd’hui de formidables sources pour les historiens.
En 1855, Napoléon III demande un classement des vins de Bordeaux pour l’ exposition universelle.
Les courtiers bordelais manquent de temps ils utilisent le classement que Thomas Jefferson a réalisé de ces vins quelques 70 ans auparavant ! j’y reviendrai prochainement.

Pour la Bourgogne, il écrit lors d’un de ses voyages « Le meilleur vin qu’on sert à Dijon est le vosne. Il se paye 4 livres la bouteille. Les vins qui ont rendu la Bourgogne célèbre ne viennent que de la Côte. Ils commencent à Chambertin et passent par Vougeot, Romanée, Vosne, Nuits, Beaune, Pommard, Volnay, Meursault et Montrachet. Le volnay vaut le chambertin mais comme il se garde moins bien il se vend moins cher (12 sous la bouteille). Les meilleurs des rouges (chambertin) et des blancs (montrachet) se trouvent aux deux bouts de la Côte.
Suit cette observation : « Il est dit que les vignobles voisins produisent un vin de la même qualité mais, appartenant à des gens obscurs, n’ont pas la même réputation». Ailleurs, Jefferson observe qu’à Pommard et à Volnay les vignerons mangent du pain de froment mais à Meursault, du pain de seigle, la raison étant que la production du vin blanc est moins sûre que celle du rouge. Le lien entre viticulture et économie réapparaît régulièrement dans ses écrits. » Extrait de l’étude de Béatrice FINK Thomas Jefferson, chef d’état, vigneron, oenophile.

Vous l’avez compris T.J. est un passionnant personnage du monde du vin, qui va nous mener dans tous les vignobles européens y compris les plus inattendus !