Temps de Lecture : 4 ‘

Cet article fait suite aux deux précédents des 15 et 22 Mai sur la dégustation des vins de Moselle chez Soif d’ailleurs.
Le vin suivant était un Pinot blanc (Appelé en Allemagne Weiss Burgunder c’est à dire Bourgogne blanc) du Luxembourg du domaine KRIER en 2018 de la région de Remich, élaboré par un confrère de Laurent Kox à Schengen, village célèbre par les accords européens signés en 1985.

IMG_2070 IMG_2071


Il s’agit d’un « grand premier cru », désignation spécifiquement luxembourgeoise, qui qualifie le vin qui est dégusté chaque année après dégustation paritaire regroupant de professionnels du vin, du personnel de l’état et de groupes de consommateurs. Avant dégustation, il subit un contrôle de composition chimique et s’il n’est pas conforme, il est recalé. Si il remplit  les conditions nécessaires, il est retenu (s’il obtient une note minimale de 12 /20), et est désigné Vin Classé (note minimale de 14/20), Premier Cru (16/20), Grand Premier Cru (18/20).
C’est un vin que l’on rangerait en Touraine dans la catégorie « sec tendre » avec environ 6 gr de sucre résiduel. Il fait des larmes épaisses qui s’écoulent paresseusement, il contient plus d’alcool – 13 ° – que les vins précédemment dégustés. Nez et bouche de fruits jaunes et d’agrumes.

Ont suivi la dégustation comparative de 2 Pinot Gris 2018, français et luxembourgeois.
Le français, du Domaine les Béliers, situé à Ancy S/Moselle, a été remarqué avec ses
14,5 °c, très aromatique, élégant et fruité dont la teneur en alcool s’explique par le climat semi-continental, avec des étés chauds, l’orientation du vignoble sud-sud-est, protégé des vents dominants par le petit plateau situé à l’ouest du village juste au dessus des vignes et sont terroir argilo-calcaire.

IMG_2073
Le Pinot Gris luxembourgeois du Domaine St Martin à Remich titrait 13,5 ° était très aromatique, équilibré, élégant, sans la lourdeur de certains Pinot Gris alsaciens. 

IMG_2074

Puis nous avons enchaîné sur un vin français du château de Vaux  – MOLOZAY, cuvée Septentrion 2018, issu d’un assemblage de 50% Auxerrois, 30% Pinot Gris et 20% Müller-Thurgau, 3 cépages de la région. Le domaine est conduit en bio-dynamie par  Les fermentations en levures indigènes, sont menées à basse température. SEPTENTRION est issue d’une sélection très sévère des vins les plus denses et riches issus des différents terroirs du domaine. L’élevage  100 % en barriques, dont 30 % de neuves est mérité tant la matière est large et ample. Les vins font leur fermentation malo-lactique totalement. Puissant au nez, il ressemblerait presque à un Meursault, tant il est beurré et fruité (pêche ou abricot), il se révèle dense et complexe en bouche, où on retrouve ces notes beurrées et même de fruit sec (noisette ?), à l’aération des notes de zan (réglisse) apparaissent, voire de fruits jaunes bien mûrs (pêche, abricot, poire) et la bouche suit. Une grande bouteille.

IMG_2078IMG_2079

Le Gewurztraminer était représenté par le domaine St Martin de Remich (le Luxembourg était à l’honneur, Mr Kox a bien fait son travail).
Un vin très parfumé,  du plus pur style « Gewurz. » mais avec une touche d’élégance, de finesse et de fraîcheur en plus. A noter que cette cuvée appartient à la gamme « De nos Rochers ». Elle est à retenir … et décidément ces luxembourgeois ont du talent ! 

IMG_2080IMG_2081

Et nous avons terminé sur un rouge, un magnifique Pinot Noir 2018, croquant, gourmand et épicé à souhait, parfait pour l’intersaison !
Il s’agissait du Domaine SONTAG, Marie Antoinette SONTAG est la vigneronne qui travaille avec bonheur les 3 couleurs. Une affaire à suivre sans aucun doute … 

IMG_2084