Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Temps de lecture de cet article : 5′

Marie Noëlle et Nicolas Rainon, président aux destinées de la maison de champagne Henriet-Bazin. Marie-Noëlle représente la 5ème génération.

IMG_2268

Un peu d’histoire
L’aventure de la maison commence en1890 ! Trois amis vignerons de Verzenay, décident de garder une partie de leur récolte pour élaborer leurs propres cuvées. Parmi eux son arrière grand-père dont le fils développe les soins à la vigne et lance la vente de bouteilles, qui représente près de la moitié du volume de raisin produit au moment de la transmission au père de Marie-Noëlle. Ce dernier épouse une Bazin, vigneronne à Villers-Marmery. L’union des deux « terroirs » donne naissance au Champagne Henriet-Bazin. Marie-Noëlle arrive dans la maison en 1991, convainc son père de vinifier l’ensemble de la récolte et s’engage à s’occuper de la commercialisation, qu’elle développe et ouvre sur l’étranger.

Le vignoble aujourd’hui
Il compte 7,5 ha hectares. sur 4 villages : Verzenay-Verzy-Villers Marmery et Faverolles & Coëmy.
Les terroirs de Verzenay-Verzy et Villers Marmery, Grands et premiers crus, sont situés entre les contre forts Nord du Moulin de Verzenay et les coteaux Sud de Villers-Marmery, en passant par Verzy.
S’y ajoutent, 1,75 ha acquis par Marie-Noëlle, plantés de Pinot Meunier, sur la commune de Faverolles & Coëmy, dans la vallée de l’Ardre*. La maison cultive donc maintenant les 3 cépages. Les 7,5 ha du domaine sont répartis en 32 parcelles sur 4 villages comme suit : VERZENAY : Grand Cru (2 Ha de pinot noir)
VERZY : Grand Cru (1 Ha de pinot noir et chardonnay)
VILLERS MARMERY : 1er Cru (3Ha de chardonnay)
FAVEROLLES-ET-COEMY (1,5 Ha de meunier)

export-carte-fond-2

Le Grand Cru Blanc de Noirs Extra Brut que nous avons dégusté est issu des seuls terroirs de Verzenay (limons, silice et graveluches* sur craie) et de Verzy (limons et argile fine sur craie).

Travail à la vigne et au chai
Marie-Noëlle, sensibilisée à l’environnement dés son enfance écrit :  » Je modifie la tenue du vignoble et instaure petit à petit le labour et l’enherbement qui sont aujourd’hui effectués sur l’intégralité de nos parcelles« . S’ajoutent la confusion sexuelle* et la limitation au maximum des traitements chimiques.
Marie-Noëlle dit encore « La vigne me rendant bien ce que je fais pour elle, j’ai la chance d’obtenir de beaux vins et de superbes typicités que je laisse s’exprimer en des cuvées* qui leur rendent hommage. Mono cépages*, mono-terroirs et grands millésimes* viennent épauler notre gamme historique…« . Sans parler de véritable biodynamie pour le moment, le vignoble est conduit dans la perspective de cette philosophie. A cette fin Claude Bourguignon (ingénieur agronomie, spécialiste de la micro-biologie des sols et Geoffrey Orban (spécialiste des terroirs et surtout de Champagne) se sont rencontrés dans le vignoble avec Marie-Noëlle pour un audit de ses sols… affaire à suivre…
La vinification et l’élevage sont donc très méticuleux : pressurage* sur pressoir Bücher (considéré comme la meilleure marque par les bons vignerons) pour des marcs * de  4000 kg, débourbage à froid*, cuve en fer émaillé, fermentation malo-lactique* faite, dégorgement* 6 mois avant la vente.

La gamme
De ce large éventail de terroirs, plantés dans les 3 cépages Pinot Noir, Meunier et Chardonnay, résultent une dizaine de cuvées mono-cépage* ou d’assemblage* dont ce Blanc de Noirs de Pinot Noir. A noter qu’existe également dans la gamme un Blanc de Noirs de Meunier également très intéressant.

Dégustation
Le Blanc de Noirs* Grand Cru* Extra Brut* que nous avons dégusté est une cuvée issue d’un assemblage de Pinots Noirs des millésimes 2012 et réserve 1968 à 2013, avec un dosage de l’ordre de 5 gr/litre, issu  des terroirs de Verzenay et Verzy.
Puissance et minéralité caractérisent donc ce vin racé dont le faible dosage * rehausse la fraîcheur. 

IMG_3352

Robe vieil or tirant sur le brun, bulles extrêmement fines et évanescentes, finesse assez rare pour du Pinot Noir, manifestant une maîtrise de la prise de mousse.
Le premier nez évoque la datte et la figue sèches, avec une touche de bergamote et de tisane et de mousserons (petits champignons des prés). On est manifestement en présence d’un champagne à maturité optimale.
Son attaque est élégante malgré son opulence, la « matière » envahit le palais et développe une allonge impressionnante sur ces notes de fruits secs repérés au nez. La finale est également ample et suave avec une longueur en bouche étonnante. On est en présence d’un grand cru, cette longueur nous le rappelle.
C’est une grande cuvée, à marier avec un foie gras (ce que nous avons fait…), des crustacés, un fromage de Bourgogne type Epoisses, j’oserais même une cuisine d’Afrique du Nord assez relevée comme un tajine à l’agneau ou un couscous pas trop épicé, tant la structure est complexe et dense.
Cette bouteille était la dernière de l’ancien assemblage (2012- 2013 de mémoire), preuve que le champagne est un vin de garde !

Sa composition actuelle est de 70 % de vendange 2014 et 30 % de vins de réserve * issus des vendanges 1968 à 2013, son  dosage * extra brut*  est toujours de 5 gr/l et sa version brut est dosée à 7,5 gr gr/l.

IMG_3353

Où trouver ce champagne
Ce Champagne, dans ses nouveaux habillage et assemblage, est en vente à Paris au bar à Champagne, l’Afterbulles, situé dans le quartier de la Butte aux Cailles, 35 Rue de l’Espérance – 13ème.

* Tous les termes marqués d’une astérisque, font l’objet d’une définition sur le site http://www.philandbert.fr, où vous découvrirez également d’autres cuvées de la maison Henriet-Bazin, ainsi que sur le site de la maison http://www.champagne-henrietbazin.com