Temps de Lecture de cet article : 7 ‘

La Moselle, affluent du Rhin, coule sur 560 km et traverse 3 pays et d’abord la France où elle prend sa source dans les Vosges, puis le Luxembourg qu’elle borde et sert de frontière avec l’Allemagne dans laquelle elle bifurque et s’enfonce vers le Nord est pour se jeter dans le Rhin à Coblence.
Elle « irrigue » les 3 vignobles correspondants et « septentrionalité » oblige, l’essentiel de la production est composé de vins blancs. Quant à Soif d’ailleurs, je vous en parle plus bas,  c’est un caviste parisien, mais c’est aussi lieu de rencontres et découvertes tout à fait éclectiques.

IMG_2065

Cette dégustation n’est pas vraiment comparative car bien que portant sur le millésime 2018, pour la majorité d’entre eux, ces vins sont issus de différents cépages  : auxerrois, riesling, pinot gris, gewürztraminer, pinot blanc et de Müller-Thurgau, ce dernier en assemblage sur une des cuvées. J’ai été séduit par l’auxerrois Remich Goldberg Grand Premier Cru 2017 du domaine Laurent et Rita KOX, le seul auxerrois de cette dégustation, mais pas le moindre.

On pourrait dire par métaphore musicale, qu’il est une partition dont le terroir est la portée, le vignoble est l’ensemble des notes harmonisées, et l’interprétation du chef d’orchestre est le vigneron.

Le chef d’orchestre et conférencier du jour est Laurent KOX qui préside aux destinées du domaine familial et venu ce jour avec une double casquette de vigneron et de président de la commission de promotion des vins et crémants du Luxembourg.

Une certaine appréhension m’a envahi quand il a décliné ses titres et j’avais peur d’un marketing bien ficelé de pro de la com… Eh bien pas du tout, c’est un vrai vigneron passionné avant tout et qui en a l’humilité et la bonhommie.  Comme c’est de son vin que je vais parler, je le présente un peu plus. Laurent Kox a repris le domaine familial KOX en 1977 et transforme le domaine, pour passer de producteur de raisin à véritable domaine viticole et portant la surface de 7,5 h à 12 ha  et pour hisser au rang des grands, l’ensemble de ses vins. Il occupe également diverses responsabilités dans l’interprofession et est ambassadeur à l’étranger des vins de sa région. Le domaine Kox allie respect de le nature, de la vigne, tradition et modernité technique. Tradition, mais pas seulement locale, il n’hésite pas à se lancer dans ce qu’il appelle lui-même la « rétro-innovation » avec  l’installation de KVEVRIS, vases d’argile en forme d’amphores enterrées venant de Georgie, j’y reviendrai dans un prochain article.

IMG_2059

Le domaine est situé à Remich dans la région du Luxembourg la plus méridionale (à moins de 25 km au sud est de la capitale Luxembourg City), sur la Vallée de la Moselle. Remich est appelée « la perle de la Moselle » et après avoir goûté ce vin je comprends pourquoi. C’est dans ce canton, dont Remich est le chef lieu,  que se trouve le village de Schengen rendu célèbre par les accords européens de 1985. Je me suis étendu, mais il y a tellement à découvrir chez les Kox !

Nous avons dégusté 9 vins dont 8 blancs et 1 rouge

IMG_2084

Je ne parle aujourd’hui que du premier vin dégusté, l’auxerrois du domaine KOX dans le millésime 2017.

IMG_2063IMG_2064

Auxerrois Remich Goldberg Grand Premier Cru 2017
du domaine Laurent et Rita KOX

L’auxerrois est un cépage blanc de l’est français, que l’on retrouve essentiellement en Moselle, mais aussi en Alsace. Il ne doit pas être confondu avec son homonyme du sud ouest, qui, lui, est rouge et connu sous le nom de Côt en Touraine ou Malbec à Bordeaux, et en Argentine bien sûr.

L’auxerrois (blanc) est considéré en Alsace, aux côtés du Chasselas, Pinot Blanc ou Sylvaner, comme un « petit » cépage tout juste bon à faire des vins d’assemblage, le fameux Edelzwicker (Edel = noble – Zwicker = assemblage) et pour information ou rappel, le « Edel » est là pour rappeler que l’on peut utiliser un ou plusieurs des cépages nobles d’Alsace dans cet assemblage à côté des petits cépages. Les 4 cépages nobles d’Alsace étant le Riesling, le Pinot Gris, le Muscat et le Gewürztraminer.
Si vous souhaitez en savoir plus sur les vins alsaciens, inscrivez vous dés maintenant sur le site www.vinissime.fr pour suivre un cours sur le sujet en décembre 2020 ou janvier 2021 (dates des cours prochainement en ligne).

Celui dégusté ici n’a rien d’un petit vin. Sa robe est toute simple, jaune pâle à reflets légèrement gris (mais pas vert), jusqu’ici rien de bien extraordinaire.

Mais au nez, je suis frappé par la richesse, l’ampleur et l’élégance dés le premier nez !
Ce vin semble flatteur, sur des notes fruitées qui donnent une sensation de gourmandise et de volume à l’aération qui fait apparaître des notes boisées ou plutôt légèrement fumées (mais aucun élevage sous bois pour ce vin, c’est seulement le terroir qui lui confère ces arômes). Un dégustateur y trouve une légère touche de menthe, je sens plutôt vaguement la chlorophylle, mais bon on est en janvier et nos nez sont encore à réchauffer.

L’attaque n’est pas très gourmande (Laurent Kox nous explique que 2017 a été un millésime de fraîcheur), mais réapparait rapidement au palais et la note fruitée du premier nez avec un volume grandissant, une sensation de rondeur et de l’ampleur en milieu et fin de bouche dont la longueur est impressionnante. On n’est que sur un Auxerrois septentrional ! Mais le vignoble de Remich se situe dans le sud de la Vallée. Le réchauffement y est aussi sans doute pour quelque chose nous dit Laurent KOX et Mathieu rebondit avec une anecdote concernant le Palatinat appelé « Petite Toscane allemande » , voisine de Remich, où on cultive figuiers et oliviers, où en 2011 il a eu un chardonnay qui « avouait » dixit Mathieu,  un 15 ° !
C’est un vin frais d’apéritif qui conviendra également parfaitement à des fruits de mer, voire des « petits poissons portugais » dont on ne saura jamais le nom que Mr Kox a oublié (non ce n’est pas le Bacalhau ou le Robalo !), également à mon avis, à des salades printanières ou d’été, et même de la charcuterie fine (saucisses nous dit Laurent KOX et fromage de chèvre ou brebis frais). Vous trouverez ce vin chez Soif d’Ailleurs, 38, rue Pastourelle Paris 3ème.

Il n’y a pas, chez ce caviste, une seule bouteille de vin français en stock ! C’est vraiment Soif d’Ailleurs. Créée par l’alsacien Mathieu Wehrung, celui-ci a choisi, après une belle carrière dans la finance de se reconvertir et commencer à vivre de sa passion, car il est passionné de vins et de voyages Mathieu, il semble curieux, méticuleux, précis et rigoureux. Il a patiemment constitué une gamme de vins du monde entier (tous les continents y sont représentés se côtoient des flacons du Japon, de Bolivie, de Turquie et de Grèce, de Belgique et de Géorgie, de Bosnie Herzégovine ou d’Israël).

Plus de 430 flacons issus de 47 pays, et des vins à partir de 10 €.
Il organise régulièrement des ateliers de dégustation avec des vignerons.
Je vous recommande ces dégustations passionnantes, leur coût assez modeste pour la qualité (20 €) et l’accueil excellent.

Pour plus d’informations et pour acquérir des compétences de dégustateur et d’amateur éclectique, n’hésitez pas à vous inscrire sur http://www.vinissime.fr>calendrier pour suivre des cours d’initiation à la dégustation le samedi de 11h à  14 h ou Connaissance des vignobles le jeudi soir de 19h30 à 22h00.

Nouveauté dés cet automne, les cours en interactif virtuel (direct). Pour obtenir plus d’informations et vous inscrire revenez sur le site http://www.vinissime.fr dés cet été.