Étiquettes

, , , , , , , , ,

Grande appellation de la Côte Chalonnaise, l’AOP Mercurey représente 600 hectares de vignes dont 160 en premiers crus et environ 440 en appellation village. L’essentiel de la production porte sur les vins rouges (90%) dont lesvignes de Pinot Noir sont plantées sur des côteaux Sud Sud Est de marnes, argiles et calcaire de configuration sensiblement différentes selon les lieux dits (Climats) donnant, comme partout ailleurs en Bourgogne une typicité à chaque cru.

Nous avons commencé à nous « faire le palais » sur un Mercurey blanc Cuvée la Brigadière 2009 de François RAQUILET, un vigneron de la  11ème génération sur un domaine de 10 hectares en appellations locales et du sud de la Côte de Beaune (Meursault, Puligny Montrachet).

Ce vin est issu d’un terroir calcaire qui lui donne sa finesse, sa délicatesse avec un nez floral et miellé, au boisé fondu, en bouche une belle attaque ample et fraîche qui se développe sur une palette aromatique entre fruit et fleur, miel et minéralité. Sans doute plus généreux en 2009 qu’à l’habitude, ce vin manque toutefois un peu de longueur en finale, une excellente entrée en matière…

Notre premier rouge est la Framboisière 2009 du domaine FAIVELEY, un grand classique choisi pour nous « étalonner » sur les rouges qui suivent. De belles notes de fruit rouge croquant, évidemment la framboise très présente mais également des notes de groseille, voire de cerise bien mûre, une belle finale, une bouteille de facture classique sans surprise

Sans titre1

Suit une série de 4 vins du Domaine de SUREMAIN installée à Mercurey (anciennement dénommé Bourgneuf Val d’Or) précisément dans le château de Bourgneuf, fief et berceau de la famille.

Domaine de SUREMAIN – Mercurey Village 2010 : Les vignes sont ici plutôt argilo calcaire, sol assez profond, vinification sans trop d’extraction de tanins. Je retrouve ce nez de cerises typique du Pinot noir et ce mélange de fruits de saison à l’eau de vie qu’on appelle Confiture de vieux garçon comme me l’avait fait remarquer Monsieur Yves de SUREMAIN l’an dernier quand j’ai acheté ce vin en décembre au salon des vignerons indépendants de la Porte de Versailles – Oui ils y sont !

Domaine de SUREMAIN  – Mercurey 1er Cru La Bondue 2009 (3,2  ha)

Vignoble à mi coteau Est avec sol argilo-calcaire rouge (ferreux) posé directement sur la roche mère, donnant puissance, on est plutôt ici sur des notes de petits fruits noirs assez mélangés , cassis , mûre, myrtille, s’y ajoute un nez prononcé de fumé et ce vin commence à « pinoter » (fruits rouges acidulés, avec des notes de fumée, d’épices légères, de rose ou de pivoine, voire de cuir puis de gibier avec le temps).

Domaine de SUREMAIN – Mercurey 1er Cru En Sazenay 2008 (2 ha)

Dessus de coteau est, sols plus argileux, moins calcaires.

Après 3 heures de carafage, on a trouvé ce vin encore très austère au départ, avec des notes poivrées et épicées, puis à l’agitation viendront des notes de buis, de fruits noirs , c’est un joli vin dans un vrai millésime bourguignon d’équilibre entre acidité, alcool et gras aux tanins à la fois fermes et fins qui donnent toute l’élégance au Mercurey. C’est un vin de garde qui s’exprimera bien vers 2015 ou 2016.

Domaine de SUREMAIN –  Mercurey 1er Cru En Sazenay 2010

Nous terminons en apothéose avec ce carafé 4 heures cette fois. On retrouve encore cette austérité qui semble caractériser cette parcelle et nous sommes en plus dans un très beau millésime avec 2 ans de moins que la précédente bouteille, encore beaucoup de rudesse qu’il nous faudra beaucoup de patience (15 à 20 minutes dans le verre) pour apprivoiser, mais quel vin ! Ici le nez est très fermé (quelques touches d’épices, de fruit acidulé, c’est la bouche qui révèle progressivement ce grand mercurey.

Je ne peux que recommander ce domaine dont Loïc le fils de Yves reprend progressivement le travail à la vigne avec enthousiasme et talent…A suivre.

Prix des bouteilles entre 15 et 20 € : excellent rapport qualité prix pour ces vins de race